Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (2000-2005), titulaire de l'agrégation d'anglais (2003) et d’un doctorat d’études anglophones (2009), j'ai été pendant trois ans maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. En septembre 2013, j'ai rejoint l'Université Paris Diderot – Paris 7, où j'enseigne à présent la civilisation nord-américaine.

Mes recherches se situent à l'intersection de l’histoire politique et culturelle des États-Unis. De 2005 à 2013, j'ai travaillé sur l'évolution des mouvements conservateurs au cours des XXe et XXIe siècles, publiant notamment des articles sur Irving Kristol, les créationnismes américains et les "netroots" conservatrices, ainsi qu'un ouvrage sur le mouvement Tea Party (Le Tea Party. Portrait d’une Amérique désorientée) aux éditions Vendémiaire en 2012. Depuis la fin 2013, j'enquête sur les liens entre carnaval et politique à la Nouvelle-Orléans. Ce travail devrait aboutir à la publication d'une histoire politique du carnaval louisianais.

Les 13-14 février 2015, j'ai organisé avec Maria Laura Reali (maître de conférences en civilisation latino-américaine) un colloque international sur "Carnaval et politique" à l'Université Paris Diderot (www.carnavaletpolitique.fr ). Cette manifestation donnera lieu à la publication d'un ouvrage sur les rapports entre carnaval et politique en Europe, dans les Amériques et dans les Caraïbes.

Contact

Situation professionnelle

En poste
Ouverte aux opportunités

Portfolios

Description

Ce recueil revient sur les combats que Darwin a dû assumer et que les évolutionnistes continuent de mener aujourd'hui. Les chercheurs qui collaborent à cet ouvrage se penchent sur les rapports entre le darwinisme et le féminisme, le darwinisme et le mouvement conservateur américain, ou encore sur l'héritage du grand-père Erasmus Darwin ou la question du matérialisme, de la morale et du périmètre de la science.

Site web
Description

C'est un mouvement très récent, puisqu'il est apparu en 2009, dans les soubresauts de la crise financière. Pourtant, il obscurcit totalement le paysage politique américain : il pèsera de façon déterminante dans le choix du candidat républicain, lors des primaires qui vont se tenir de janvier à juin 2012. Et ses mots d'ordre, ses colères, ses suggestions, même les plus farfelues, orientent d'ores et déjà les prises de position des ténors conservateurs.
Si le Tea Party a acquis une telle surface médiatique et une telle notoriété, c'est qu'il est porté par un puissant élan populaire. Ses militants sont des « hommes blancs en colère », fragilisés par la récession, opposés à l'interventionnisme militaire et, pour beaucoup d'entre eux, révoltés à l'idée qu'un Noir ait pu être élu à la présidence des États-Unis.
Ils reprochent pêle-mêle à Barack Obama son indulgence vis-à-vis de Wall Street et ses projets de réformes « socialistes ». Ils n'ont pas de doctrine ou de pensée constituée : leurs convictions évoluent entre les thèses libertariennes et le conservatisme le plus étroit. Ils ont pour règle de n'obéir à aucun leader.
Est-il imaginable qu'ils puissent un jour gouverner ?
Cet ouvrage retrace, pour la première fois, les origines et l'évolution du mouvement, ses inspirations intellectuelles et le portrait de ses figures les plus représentatives. Il plonge aussi, grâce à une enquête sur le vif, au plus profond des motivations des militants.

Description

L'obsession de la " race " et la peur du mélange " racial " qu'exprimait Disraeli au XIXe siècle se retrouvent au fil des ans, tant en Grande-Bretagne qu'en Australie, en Amérique ou en Afrique du Sud. La " race " est théorisée, mise en spectacle (comme dans les exhibitions londoniennes dignes de la Vénus noire ou lors du carnaval de la Nouvelle-Orléans) ; elle est étudiée fiévreusement (par exemple le " gène aborigène " quand on découvre avec horreur que ces " sauvages noirs " sont des Caucasiens, au même titre que les Britanniques) ; elle est mise en avant pour justifier toutes les injustices, et enfin elle est souvent croisée avec des critères de genre. Elle s'exprime aussi dans l'antisémitisme qui s'exacerbe au début du XXe siècle et que les femmes britanniques, rarement étudiées sur cette question, défendent ou attaquent selon qu'elles appartiennent à l'Union britannique des fascistes ou qu'elles en soient de virulentes opposantes. Les onze contributions de ce volume illustrent bien les débats passionnés qui font rage du XIXe siècle à nos jours autour des questions de sexe, de race et de mixité.

Site web
Description

La parution de L'Origine des espèces le 24 novembre 1859 a été un événement majeur qui a changé le monde. On peut parler d'un avant et d'un après 1859. On évalue mal la multiplicité des domaines qui ont été influencés, et parfois bouleversés, par l'apparition des théories sur l'évolution et la sélection naturelle. Il s'agit certes d'abord des sciences du vivant, mais la littérature - roman, science-fiction, et même poésie - la linguistique, les sciences de la communication, jusqu'au music-hall et aux études sur les comptines enfantines, bref toutes les productions humaines ont été marquées par le darwinisme. " Nous sommes des évolutionnistes ", fera dire Emile Zola à l'un de ses personnages. Ce livre consacré à l'héritage de Charles Darwin dans les cultures européennes a donc bien des facettes, et permet de voir le dialogue entre le grand naturaliste et des auteurs majeurs comme Marx, Freud ou Carlyle. Il éclaire les principaux débats qui ont agité l'Europe à la suite de la révolution darwinienne.

Site web
Description

En France, la figure du conservateur américain nous semble familière : des femmes au foyer très croyantes, des cow-boys armés, des évangélistes délirants, des militants anti-avortement extrémistes... Ces visions caricaturales influencent notre jugement : l'émotion, l'indignation ou la moquerie qu'elles inspirent déforment notre regard et nous empêchent de voir un véritable mouvement social dans l'action de ces militants conservateurs.

À travers une série d'enquêtes et d'analyses, les auteurs de ce livre décryptent la culture conservatrice, ses références, ses modes d'action, les lieux et les motifs de son combat... Dans les talk-shows, les conseils d'école, les campus ou encore sur leurs lieux de travail, ces Américains se mobilisent contre les valeurs progressistes et l'héritage des années 1960 qui menacent leur vie privée. Les conservateurs américains possèdent une culture contestataire extrêmement dynamique, et c'est indéniablement l'une des clés qui expliquent leur succès électoral dans l'Amérique contemporaine.

Site web
Description

S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier agrégation et CAPES, Clefs concours offre une synthèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.

Clefs concours Anglais :

Tous les titres sont organisés autour d'une structure commune :
- des repères : un rappel du contexte historique et littéraire,
- les grandes thématiques, indispensables à la compréhension des enjeux de la question,
- des synthèses sur les personnages ou lieux qui jalonnent le sujet,
- des outils méthodologiques : chronologie, glossaire, bibliographie,
- un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques.

Les auteurs :

Anne Deysine, professeur d'études américaines à l'université Paris X-Nanterre.
Aurélie Godet, ATER à l'université Paris 7-Paris Diderot.
Jacques Portes, professeur d'histoire américaine à l'université Paris VIII.
Alexandre Rios-Bordes, ATER à l'université François Rabelais de Tours.
Jean-Christian Vinel, maître de conférences à l'université Paris 7-Paris Diderot.

Site web